Image

Stressless Funk

Stressless Funk est une émission dédiée à la musique afro-américaine dans toutes ses nuances : engagée et revendicative, festive et jouissive, des artistes connus aux artistes obscurs et méconnus.
Vous découvrirez une communauté qui a subi de grandes injustices mais qui avec la musique a su garder l'espoir d'un futur meilleur. Des champs de coton aux églises, des ghettos aux dancefloors, ces femmes et ces hommes nous racontent depuis quatre siècles leur histoire, notre histoire, nous faisant réfléchir, nous faisant danser en parlant de la foi, de la paix, de l'amour, du sexe et de la révolution.

Check it! Is Stressless, is Funk!

peace Fabio

 

Stressless Funk#33 This Is Go Go, Washington D.C.

This is Go Go Whashington D.C. est le titre de cette nouvelle émission de Stressless Funk. Et comme le dit le titre direction vers la capitale des Etats-Unis ou la go-go music est née et ou elle s'est épanouie vu que rarement elle s'est enraciné en dehors de l'aire métropolitaine de Washington et on ne sait pas pourquoi....

Ce sous-genre du funk a eu naissance à la fin des année 70 et c'est unanime considérer Chuck Brown, guitariste de son métier, comme le chantre de cette musique inspiré par le funk, la soul, le rhytm and blues, le premier hip-hop, parfois un vraiment petit brin de jazz sans oublier une saupoudrage de salsa de temps en temps, une musique identifiable par ses polyrhythmies syncopés, une basse très énergique souvent slappé, grosse caisse et caisse claire en évidence, une ribambelle de percussions (dont des congas au dimensions plus petites que d'habitude, au son très caractéristique congas que rarement on trouve en dehors de ce style de musique) et des clavier en arrière plan qui construisent des tapis de fond qui donnent une unité sonore au tout . Le terme go-go c'était utilisé pour identifier l'endroit ou les jeunes faisaient les fêtes, et c'est avec le temps que go-go est devenu le terme pour définir ce nouveau style de musique. Ce fêtes duraient jusqu'au but de la nuit avec les groupes qui jouaient par des heures sans interruption ayant comme ça le même résultat que on pouvait avoir avec un dj (aussi parce que à ce fête il n'y avait pas de dj) c'est à dire une continuité musicale apte à faire danser les participant à la soirée. Autre caractéristique de cette musique est le call and réponse hérité de la culture africaine et dans la go-go music c'est principalement entre des plages musicales que le chanteur ou le chanteurs dialoguent avec le public avec comme base seulement les percussions. Au premier impact c'est une musique qui peut donner la sensation d'être monotone et répétitive, mais si on écoute attentivement, en plus de distinguer les différentes influences qui façonnent le style, on trouve aussi entre les lignes une grande créativité musicale souvent exécuté par des musiciens, souvent jeunes, de haut niveau et ça a était possible grâce aussi aux haut niveau du système éducationnel musicale de la ville de Washington dans les année 80, système dans lequel chaque école avait sa fanfare (et c'est de la aussi que viens la massive présence des cuivres dans cette musique) et ce fanfares étaient dans une saine rivalité et compétition. Une fois ces compétences musicales acquise ces étudiants ils les ont faite fructifier en devenant des professionnels entrant ainsi dans le circuit local du go-go. Si on a envie vraiment de se lâcher la go-go fait l'affaire je vous défie à rester insensibles et impassibles aux rythmes des Trouble Funk, des Rare Essence ou encore des Experience Unlimited et évidemment Chuck Brown & The Soul Searchers. Chuck Brown était appelé le "Godfather of Go Go", le parrain à l'instar de James Brown pour la soul, un guitariste charismatique que avec les Soul Searchers a donné vraiment l'impulsion en obtenant les premières reconnaissance nationales pour cette musique si typique et confiné. A noter que les premier deux magnifiques albums n'étaient pas go go mais ils étaient du funk bien déboîtant, "We The People" en 1972 et "Salt Of The Earth" en 1974, ont été enregistré au nom de The Soul Searchers, dans les quels Chuck Brown est attitré comme guitariste et compositeur, les deux suivant albums sont au 100% Go GO music, "Bustin' Loose" de 1979 et "Funk Espress" de 1980 sont sortis au nom "Chuck Brown & The Soul Searchers" et c'est à partir de la que la sauce a pris. Dans cette playliste vous trouvez évidemment beaucoup d'autre artistes qui ont décliné le style avec différentes nuances et croyez moi le groove reste toujours dynamique et captivant. Oui la Go Go est funk et elle a sa place dans la musique afro-américaine en dépit de sa méconnaissance au grand public.
Mon speech ça termine ici en vous donnant rendez-vous dans deux semaine pour une nouvelle émission dans laquelle de Washington on ira à Chicago pour causer de la house music. Peace à vous toutes et à vous tous.


Plaisir intense et sans limite pour tes oreilles
avec l'appli EPONYME !

Ou que tu sois, écoute la Radio EPONYME sur ton smartphone.
Visualise les titres de l'ensemble de la playlist, rajoute tes sons préférés dans tes favoris et accède aux vidéos...