Image

Stressless Funk

Stressless Funk est une émission dédiée à la musique afro-américaine dans toutes ses nuances : engagée et revendicative, festive et jouissive, des artistes connus aux artistes obscurs et méconnus.
Vous découvrirez une communauté qui a subi de grandes injustices mais qui avec la musique a su garder l'espoir d'un futur meilleur. Des champs de coton aux églises, des ghettos aux dancefloors, ces femmes et ces hommes nous racontent depuis quatre siècles leur histoire, notre histoire, nous faisant réfléchir, nous faisant danser en parlant de la foi, de la paix, de l'amour, du sexe et de la révolution.

Check it! Is Stressless, is Funk!

peace Fabio

 

Stressless Funk #36 The Magic Touch

Bienvenue à toutes et à tous à l'écoute de Stressless Funk sur Radio Eponyme, pour cette 34 ème émission de Stressless Funk dédiée aux claviers.........

L'histoire des clavier commence en 1698 quand Bartolomeo Cristofori, un mec bien de chez moi, a mis au point le premier instrument digne de ce nom, en fait une évolution du clavecin, de l'épinette et de l'orgue, qui au début a été appelé piano forte ou aussi forte piano. Des touches blanches et noires qui actionnent des petits levier avec la tête ayant la forme d'un petit marteau qui percute de chordes. Après 321 ans la chose a évidemment bien évolué et à la place de taper des cordes aujourd'hui nos touches génèrent de sons déjà enregistré sous forme de signaux électriques. C'est clair que l'évolution a été très lente et complexe et au milieux il y a plein de nuances pour arriver enfin aux claviers électriques et électroniques qui ont eu leur ancêtre dans les ondes Martenot de 1928  au récent, et très prisé, Nord Keyboards entre ce deux extreme on a eu l'orgue Hammond, le Moog, le Mellotron, le Farfisa très prisé dans le rock au milieu des année 60, on a eu l'Arp, l'Oberheim (premier synthétiseur polyphonique), le Rhodes, Roland ou encore le Yamaha DX7 qui a marqué le son des année 80. Mais un bon piano classique aujourd'hui peux encore faire l'affaire. Cette playliste est une petite revue des musiciens qui ont enrichi la musique afro-américaine avec leur immenses talents, pour question d'espace et de choix personnel j'ai pas mis dans la playliste beaucoup de pianiste qui ont fait le jazz, je pense à de monstres tel Count Basie, Nat King Cole, Duke Ellington, Bud Powell, McCoy Tyner, Art Tatum, Thelonious Monk, Jelly Roll Morton qui aux débuts du 20ème siècle à New Orleans mettait son talents au service du jazz naissant. Mais on trouve du jazz dans cette compilation que j'ai préparé comme celui bien métissé et mystique de Alice Coltrane, ou ce magnifique solo de piano de Joe Zawinull le père,(avec Wayne Shorter) des Weather Report, solo de piano tiré d'un concert live de Cannonball Adderley  Sextette en 1963, sextette dans le quel notre Joe jouait. Le jazz  plus ou moins dilué sous forme de fusion ou de jazz funk on le retrouve avec de claviéristes qui on fait l'histoire du genre, comme ça en vrac, Herbie Hancock, peut être le plus éclectique de tous, George Duke, Bob James, Joe Sample, Lonnie Liston Smith, Eumir Deodato, Dave Gruisin, Ramsey Lewis ici avec sa reprise de "Maiden Voyage" de Herbie Hancock avec monsieur Maurice White à la batterie et Minnie Ripperton aux voix de fond qui sonnent comme un tapis de clavier,  plus jazz/rock est "Contusion" de Stewie Wonder, tandis que plus léger et dansant sont Jeff Lorber et Patrice Rushen, on trouve aussi la grandissime Nina Simone dans un registre bien blues, et si on fait une petite escapade à New Orleans, au racine, on ne peut pas éviter d'écouter Art Neville, Dr.John, ici avec les Meters, ou le légendaire Professeur Longhair, en peut plus à nord de New Orleans on trouve Memphis ou chez Stax Record monsieur Isaac Hayes peignait de belles plages de musique pour film dont la très agité, et magnifique, "Porsuite Of The Pimpmobile" et la  tout d'un coup on est catapulté dans le coeur de l'action, EarlVan Dyke nous rappelle que existait aussi Detroit, les trois derniers clavieristes que on trouve dans cette palyliste s'appellent Edwin Birdsong assez méconnu mais qui à eu des collaboration très importantes avec Stewie Wonder mais surtout avec Roy Ayers, le deuxième est Dr. Fink personnage qui a oeuvré aux claviers mais aussi à la réussite de notre bien regretté Prince de Minneapolis et pour finir un monsieur qui ayant commencé en étudiant Bach, Beethoven et Mozart un jour de sa vie s'est retrouvé à jouer avec le plus fou des barbier, George Clinton, et la je parle de sa majesté Bernie Worrell, une légende qui restera a toujours dans l'histoire de nos bien aimée petites touches blanches et noires.

Maintenant je vous souhaite un bon écoute en vous donnant rendez-vous dans deux semaine pour une nouvelle émission cette fois dédié aux slow, ce chanson d'amour qui ont fait soupiré et rêvé beaucoup de femmes et des hommes.

peace à vous toutes et à vous tous.    


Plaisir intense et sans limite pour tes oreilles
avec l'appli EPONYME !

Ou que tu sois, écoute la Radio EPONYME sur ton smartphone.
Visualise les titres de l'ensemble de la playlist, rajoute tes sons préférés dans tes favoris et accède aux vidéos...